Sacs raphia Sans Arcidet Paris

Collection Printemps-Été 2021

Découvrez tous nos accessoires
Paniers raphia Sans Arcidet Paris

Les Incontournables

Ils vous font craquer chaque saison​

Dans les coulisses de Sans-Arcidet Paris, épisode 2 : La teinte et le tissage du Raphia.

Suite de notre série d’articles en cinq épisodes sur les secrets de Sans-Arcidet Paris. Après en avoir appris plus sur le raphia grâce à notre épisode 1, aujourd’hui Samuel et Corinne nous dévoilent comment le Raphia est teinté, et les différentes manière de la travailler !

LA TEINTE DU RAPHIA.

Quel procédé utilisez-vous pour teindre le raphia ?

Le raphia est plongé dans une cuve d’eau chaude, et amenée à la température idéale pour assurer un bon nettoyage ou assurer la bonne dissolution des différents pigments utilisés pour nos couleurs disponibles de la saison.

Quels produits utilisez-vous pour teindre le raphia ?

Nous utilisons des systèmes de pigments conçus pour des fibres naturelles; ces pigments sont certifiés Oeko-Tex. Ce type de certification est important pour nous car il nous garantit que nos partenaires et fournisseurs partagent nos valeurs pour la préservation de Madagascar.

LE TISSAGE DU RAPHIA.

Il existe différentes mailles, pouvez vous nous expliquer la différence entre elles ?

Il existe autant de types de mailles que de volumes ou de textures désirés. Certaines mailles ne s’adaptent qu’à certains volumes tandis que d’autres peuvent être travaillées en panneau ou en un seul volume. 

La maille demi-bride présente sur nos Beby depuis 2000 est une maille agréable au toucher mais aussi un peu ajourée lui permettant d’être plus souple.

La maille serrée principalement utilisée sur nos classiques (exemple: chapeau Fany ou Coconut ) est structurée et peut être travaillée à différents calibres: fine et un peu ajourée pour les chapeaux, ou épaisse comme sur notre Kapity, ou bien une combinaison des deux comme sur les Boris.

La maille ajourée type filet utilisée sur nos poches et sacs de plage est très complexe mais permet l’obtention d’un sac ou élément visiblement plus léger mais aussi solide et pratique.

Il existe différentes manières de tisser le raphia, pouvez-vous nous en dire plus ?

Il existe en effet d’innombrables procédés de travail du raphia et nous les avons presque tous explorés au fil des collections. Un sac regroupe parfois 4 ou cinq procédés différents. Nous explorons beaucoup le crochet évidemment mais aussi la tresse et l’assemblage de tresses, mais aussi la broderie ainsi que le tissage oui l’assemblage avec d’autres matières…

Pouvez-vous nous expliquer où se situe la différence lors du tissage ?

Le crochet comme son nom l’indique est réalisé avec une aiguille prolongée d’un petit crochet rond permettant de manipuler le raphia afin de créer la maille escomptée. Il existe plusieurs tailles de crochet selon le calibre de maille voulue.

Le tressage permet d’obtenir beaucoup de types de tresses différentes, rondes appelées brides, carrées, plates, ajourées, plus ou moins larges ou épaisses. Le tressage est très intéressant car il peut être assemblé en panneaux ou en sac d’un seul tenant. C’est un type de procédé presque magique tant il est varié.

Le tissage est réalisé avec un métier à tisser et permet une toile ou un tissu de raphia ou rabane dans lequel on peut couper des panneaux, et assembler un accessoire avec une machine à coudre ou à la main. On se rapproche plus ici  de l’approche conventionnelle du vêtement (coupe, couture).

Retrouvez prochainement l’épisode 3 de notre série sur le processus créatif de Sans-Arcidet.